taleb silvaPlus que deux jours avant l’UFC 196 et son très attendu main event entre Conor McGregor et Nate Diaz. Mais l’événement de samedi sera aussi l’occasion pour un de nos combattants français de prouver qu’il fait partie des tous meilleurs poids welters de la planète!

Comme vous le savez, Nordine Taleb affrontera le dangereux brésilien Erick Silva en carte préliminaire, et à l’approche de ce choc, le sociétaire du Tristar Gym (Canada) a accepté de s’entretenir avec MMA Déferlante pour évoquer cette confrontation, mais aussi aborder aussi plusieurs autres sujets; tels que l’objectif qu’il se fixe à l’UFC, le retour possible de son camarade Georges St-Pierre, ainsi que le phénomène Conor McGregor. Nordine explique notamment pourquoi ce-dernier est un adversaire intéressant à affronter.

Découvrez l’interview ci-dessous:

Nordine, ma première question va être simple ? Comment te-sens-tu à quelques jours de ton prochain combat ? Comment appréhendes-tu l’échéance ?

Je me sens bien. Je sens que je rentre dans ma zone. Plus les jours passent, plus les heures passent maintenant, et plus je sens que je rentre petit à petit dans une zone. Et j’aime rentrer dans cet état-là. C’est exactement le sentiment que je dois ressentir pendant la semaine d’avant-combat. Je sens que tout se passe normalement, et maintenant je suis juste impatient, j’ai vraiment hâte d’y être.

Comment s’est passé ton training camp ?

Le camp d’entrainement s’est bien passé. J’ai eu l’attention dont j’avais besoin dans l’équipe, avec mes partenaires d’entrainement, ainsi que mes coachs. J’ai fait venir un coach en Muay Thai de France, qui est Xavier Lafaye. Un très bon coach, qui entraine des gars solides dans le circuit européen et mondial. C’est quelqu’un en qui je pouvais avoir confiance, il était avec moi 7 jours sur 7, donc il veillait à ce que je fasse bien mes devoirs en quelque sorte. Et pour le reste, j’avais aussi Firas Zahabi pour le grappling, ainsi que pour la partie un peu stratégique du combat, Jonathan Chaimberg pour le conditionnement. J’ai donc vraiment eu un camp d’entrainement complet. J’ai vraiment rassemblé tous les ingrédients possibles pour avoir du succès samedi soir.

Tu affrontes donc Erick Silva à Las Vegas, qui malgré son irrégularité à l’UFC reste un gros morceau. Considères-tu qu’il soit à ce jour ton plus dangereux adversaire ?

Je ne pense pas qu’il soit ‘Le’ plus dangereux, mais il fait quand même partie des plus dangereux qui m’aient été donné d’affronter. C’est un adversaire assez imprévisible. Il fait mine parfois de ne plus avoir d’énergie, puis il explose d’un seul coup pour 20 secondes. Il préfère commencer très fort, pour intimider et prendre sa place dans l’octogone, puis il va faire ses effets de surprise, en prétendant être fatigué. Il va calmer le combat de nouveau, puis il va repartir fort pour surprendre. Donc, c’est ce genre d’athlète, et c’est à ça que je suis préparé. De toute façon, en ce qui me concerne, je n’ai qu’une chose à faire, je dois le battre. Peu importe ce qu’il fait, ma cadence sera la même de la première minute à la dernière.

Alors Erick Silva a une particularité, en tout cas depuis qu’il est à l’UFC, c’est que toutes ses victoires ont été obtenues au 1er round. Passé ce 1er round, c’est généralement bon signe pour l’adversaire. Est-ce que de ce fait, la clé afin de gagner serait pour toi de passer ce fameux 1er round ? Où penses-tu au contraire avoir les armes pour le terminer avant ?

Je pense avoir les armes pour le terminer avant. J’ai affronté certains adversaires qui commençaient fort aussi, qui avaient beaucoup de victoires au premier round. Je me suis battu notamment contre un gars qui était à (10-0), et qui avait gagné tous ses combats au 1er round, dans les 3 minutes. Et avec moi, cela ne s’était pas passé de la même façon… Chaque adversaire est différent, mais je suis prêt. Ce sont des petits gants, ça cogne fort, un coup peut passer, mais mentalement et physiquement je suis prêt à ce genre d’assaut. Et je pense avoir les armes et le physique pour le stopper au premier round éventuellement.

Revenons à toi si tu veux bien. Tu es à l’UFC depuis près de 2 ans maintenant, où tu as très bien commencé avec 3 victoires d’affilée. Puis arrive ce combat contre le brésilien Warlley Alves au mois d’aout dernier, où tu perds par soumission. Avec le recul aujourd’hui, quels sont les enseignements que tu tires de cette première défaite dans l’octogone ?

L’enseignement que je tire, c’est que je n’aurais pas dû me précipiter pour prendre le combat. J’ai pris le combat lors d’une mauvaise période. J’étais en vacance à St-Tropez, je pensais me battre en septembre, mais ils (l’UFC) m’ont proposé ce combat. C’était un adversaire que je voulais affronter, qui avait une belle fiche, et qui m’aurait donné beaucoup de crédibilité. Donc j’ai dit oui, mais sans vraiment concerter mes coachs. C’était mon erreur, parce que mes coachs n’étaient pas disponibles pour moi, beaucoup de mes partenaires d’entrainement étaient en vacance, beaucoup d’entre eux aussi se sont battus vers le mois de juin et se sont reposés l’été. Donc je n’avais pas ce qu’il fallait pour m’entrainer correctement. Jusqu’à la dernière semaine avant le combat, je n’avais pas d’homme de coin pour partir. Personne n’était vraiment disponible pour moi. Donc mon erreur était là.

Tu évolues en welterweight qui est clairement l’une des catégories les plus difficiles de l’UFC, avec un top 10 très, très solide. Quel objectif te fixes-tu dans cette division pour le futur ?

Je veux rentrer dans le TOP 10, d’ici la fin de l’année, ou très tôt en 2017. J’arrive à le visualiser dans ma tête. J’ai aujourd’hui le parfait adversaire pour y parvenir, pour montrer mes valeurs dans l’octogone, il ne me reste donc plus qu’à y aller. Je me suis entrainé, je suis prêt mentalement, donc en avant !

Je ne pouvais pas parler des poids welters sans parler de ton partenaire au Tristar Georges St-Pierre, qui fût le champion le plus dominant de l’histoire pour cette catégorie ? Penses-tu qu’il va revenir ?

Georges vient à l’entrainement de temps en temps. C’est un drogué du travail. Il a besoin de s’entrainer, il ne peut pas rester sans. Il s’entraine tous les jours, mais au Tristar, on le voit moins souvent. Il passe entre deux à trois fois par semaine. Et… Lui-même ne sait toujours pas s’il va revenir. Il est plus ou moins tenté. Profondément, je pense qu’il veut revenir, mais il se cherche. Son retour tient à peu de choses. Il faudrait juste un déclic.

Penses-tu qu’il aurait la capacité de reprendre son trône s’il revenait ?

Oui, je pense. Il a tout de même quelque chose de spécial, qui est bien plus difficile à comprendre que sa stratégie de combat. Sa stratégie de combat est très simple à comprendre. Mais lui, il a quelque chose de plus complexe et très spécial. Je pense que s’il revient, il gagnera encore.

Toujours à propos des welterweights, il y a justement un nouveau-venu chez vous, qui fait sensation depuis son arrivée à l’UFC, et qui combat le même soir que toi, en main event. Je parle bien sûr de Conor McGregor. Que penses-tu du combattant, et de son prochain combat contre Nate Diaz. Et penses-tu qu’il soit favori ?

Oui, il est favori ! Il a déjà eu un camp d’entrainement complet. Il est sur une grosse lancée, il a l’air bien dans sa peau, il semble super motivé. Je pense qu’il ramène du neuf dans l’organisation. Il est bon pour le MMA. Je trouve que c’est un très bon athlète. Il a une grande gu**le avec ses adversaires parce que pour lui le combat commence là, il ne commence pas dans la cage. Certains ferment leur gu**le, ils ont une mentalité de samouraï, et le jour J se battent. Lui, c’est différent, il commence son combat avant. Il est à l’aise avec ça, le fait de mettre des mots à ses pensées, et c’est très bien pour lui. Je lui souhaite encore beaucoup de succès.

On parlait de GSP juste avant. En cas de succès de McGregor en poids welter, est-ce que c’est un challenge qui clairement pourrait faire revenir Georges St-Pierre ?

Je pense que oui. Je ne peux pas parler à sa place. Mais ce serait un bon challenge, surtout si Conor commence à chauffer Georges et à lui manquer de respect. Je pense que Georges n’hésiterait pas à répondre présent. Je pense qu’il pourrait être le moteur pour le faire revenir.

Alors la tendance en ce moment, c’est que tout le monde veut l’affronter (on comprend facilement pourquoi 🙂 ). Est-ce que toi aussi, c’est un combattant que tu aimerais avoir en face ?

Bah oui ! À 200%. En plus, c’est un adversaire de grande qualité. Je me ferais un gros billet en l’affrontant. Le plus gros billet jamais encaissé de ma carrière, mais c’est surtout un adversaire très intéressant à affronter. C’est un combattant intelligent, qui ne fait rien pour rien. Moi j’aime bien ce style de combattant. Je n’aime pas les athlètes qui te sautent dessus, qui t’envoient des crochets venant du nord et du sud. Il est clair que c’est de la bagarre, les fans aiment ça, mais ma philosophie des arts martiaux, ce n’est pas ça. Moi je ne suis pas un bagarreur. Je me considère comme un pratiquant d’arts martiaux. Je préfère me battre contre quelqu’un à l’esprit martial, plutôt qu’un bagarreur. Malheureusement dans ce sport, il y a beaucoup plus de bagarreurs que de pratiquants à l’esprit martial.

Comment penses-tu te débrouiller face à lui ?

Je pense que je ferais les choses très bien. Ça serait un excellent combat, qui irait des deux côtés, et qui créerait énormément de surprises. C’est le genre d’athlète qui m’éveille. J’adore ce style-là, et je le comprends. Un bagarreur va prendre ses appuis, te sauter dessus, et sur 5-6 coups donnés, il aura les yeux fermés sur les 3/4. Mais avec Conor McGregor, ce serait plus un jeu d’échec. Et moi j’adore ces combats-là. C’est pour ça que je suis rentré dans les arts martiaux, pour avoir un combat de ce genre, où il y a un jeu d’échec qui se met en place dans la cage. Le jour où je rencontrerai un athlète de ce genre, je serai très satisfait.

Encore une toute dernière question avant de te libérer Nordine : Est-ce qu’il y a un, ou plusieurs combattants qui t’ont inspiré ? Et si oui, lesquels ?

Moi je suis de la génération Pride, donc j’ai beaucoup aimé Wanderlei Silva, Anderson Silva, ‘Shogun’ (Rua), toute cette clique de l’époque. Ensuite, quand je me suis plus orienté vers l’UFC, j’ai bien aimé Georges St-Pierre pour l’éthique et l’image donnée au sport, et son esprit martial. Après, parmi les athlètes excitants que j’aime regarder, il y a Carlos Condit, Matt Brown, Robbie Lawler. J’aime beaucoup mon partenaire Rory MacDonald… Mais je dis qu’il y a du bon à prendre chez chaque combattant.

Ne ratez pas le combat de Nordine face à Erick Silva samedi, à l’UFC 196. L’opposition devrait délivrer! 😉

Pour info, vous pourrez lire tous les entretiens exclusifs des combattants accordés à MMA Déferlante dans la rubrique Interviews du site.

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager.
Merci d’aimer MMA Déferlante sur facebook et de nous suivre sur twitter.

1 commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here