Mansour Barnaoui: Itinéraire d’un enfant acharné… (exclu MMA4FIGHT)

Voici un article MMA4FIGHT qui risque bien de vous faire plaisir! Mon confrère et ami Yassin a tout simplement réussi à s’entretenir avec le discret mais non moins talentueux (loin de là) Mansour Barnaoui, ainsi qu’avec son coach et mentor Aziz ‘Magnum’. Vous saurez tout du parcours du jeune prodige, qui s’est confié sans concession.

Je n’en dirais pas plus, je vous invite juste à le lire.. JUSQU’AU BOUT:

Il y a un peu plus d’un an, la France du MMA découvrait un combattant hors norme dont chacune des sorties allaient faire pleuvoir les superlatifs. Et à le voir à 19 piges tout juste sur un ring ou dans une cage on pourrait penser que Barnaoui est un enfant de la balle. Mais en réalité il n’en est rien, Mansour et les arts martiaux ce n’est pas un amour de toujours, mais plutôt une rencontre, presque un hasard. Car ce que Mansour kiffe et pratique plus que tout autre discipline sportive, ce sont les sports de glisses. Tout y passe chez lui, le snow, le skate, le wake board, le BMX sont autant de passions qu’il cultive. Mais comment un « rider » se retrouve dans une salle de grappling / MMA ? Tout simplement parce qu’il est le voisin de palier du fondateur du Team Magnum et le pote du petit « frelot » de ce dernier.

Abdelaziz « Magnum » Mahi et Mansour Barnaoui c’est donc une histoire qui dure maintenant depuis quatre ans. Et à peine débarqué au sein du team de Malakoff le gamin montre certes des aptitudes, mais surtout une volonté réelle d’apprendre et de charbonner pour y parvenir. Car pour Barnaoui rien n’est inné, tout est acquis à force de travail. Classez le dans la case des Giroud plutôt que des Ben Arfa, celle des travailleurs acharnés. Alors le coach procède avec son futur champion de la même manière qu’avec beaucoup de jeunes qui se lance dans son académie. Pour constater « in situ » ce que l’ado a dans le bide, il le lance en compét’. Ce sera d’abord le grappling, une discipline dans laquelle Barnaoui excelle. Pour preuve quand son entraineur le teste face à un Bendy Casimir (un des meilleurs grappler français), il répond présent. Et quand le jeune tunisien se lance dans les compétitions  de pancrace classe C (chez Quoniam par exemple) le résultat est le même, il brille. A l’occasion de ces compét’ il tire par exemple deux fois Alexandre Martin (4-2-1, un Martin qui a l’époque a déjà fait ses débuts chez les pros) et s’impose malgré son jeune âge.

Alors malgré les 17 piges non révolues de son élève, Aziz Mahi tente un coup de poker et propose les services de son élève pour les Contenders de Atch. Un Atch qui en vrai découvreur de talent est bluffé par le niveau du « djeunz », mais ne peut prendre le risque du fait des contraintes administratives. Toutefois dès que le lascar atteint l’âge de la majorité le promoteur n’hésite plus ! On connait la suite de l’histoire, Barnaoui marche littéralement sur la concurrence et remporte en moins de « time » qu’il ne me le faut pour l’écrire les Contenders 10 puis la ceinture du 100% Fight des moins de 70 kilos. Une réussite fulgurante qui remplit de fierté son coin, ses « potos » du Team Magnum… Toutefois le jeune homme ne se laisse pas griser par ces victoires et repart vite au charbon, car comme le précise Mahi : « il reste énormément de chose à bosser, et nous en avons conscience ».

Mais depuis son dernier combat français face à Araik Margarian, Mansour s’est lancé (en compétition) le défi du « vrai » MMA, qui passe par l’exportation de son talent en terre inconnue. Evidemment il précise que si demain la discipline était légalisée en France, il se ferait d’y revenir. Mais pour le moment la pratique totale du MMA passe par l’étranger… Ainsi le 16 mars dernier Barnaoui a fait son premier combat en cage lors du CWFN 4. Du propre aveu de son coach ce fut : « l’entrée dans un nouveau monde. Le fait qu’il s’agissait de sa première sortie en cage, le voyage, la présence des médias en bref cette atmosphère nouvelle pour Mansour a fait qu’il s’est collé une pression supplémentaire ». Toutefois malgré des conditions de voyages pas idéales (des problèmes de Visa finalement solutionné par le Cage Warriors à moins de 48 heures du combat) et cette nouvelle donne, une fois face à Brad Wheeler, Barnaoui a (de nouveau) fait le taf. Et si le français fut déçu de ne pas avoir pu plus boxer son adversaire, il peut se targuer d’être le premier à soumettre Wheeler.

Fort de cette expérience au Cage Warriors son prochain combat à l’Instinct MMA 4 ne sera pas un saut dans l’inconnu. Après cette victoire sur l’anglais d’autres organisations voulaient d’ailleurs attirer le poisson Mansour dans leur filet. Le CW a tenté de le retenir, le M-1, le Pro FC et l’ADFC de l’attirer. Mais c’est finalement avec l’organisation de Stéphane Patry que le clan a fait le choix de signer. Une organisation privilégiée du fait de sa proximité avec le marché ricain… Aziz Mahi explique que « le Japon était aussi une possibilité, mais de [son] point de vue aujourd’hui les Etats-Unis est l’endroit où le niveau est le meilleur aujourd’hui ». C’est donc trois mois après son combat de Dubaï que Barnaoui fera son retour dans la cage. Une fréquence que le français devrait pouvoir maintenir à l’Instinct (sauf cas de blessure) puisque le contrat signé est de 5 combats à honorer d’ici 2014. Le premier adversaire sera Kevin Lee, mais d’autres blazes avaient été soumis au camp français comme ceux de Tristan Johnson (7-2-0) et Shane Campbell (6-1-0 et multiple champion de Muay Thaï). Mais ces adversaires n’ont finalement pas pu ou voulu accepter le challenge. Cette signature au sein de l’organisation canadienne devrait permettre à Barnaoui de parvenir d’atteindre les objectifs qu’il s’est fixé : « pouvoir affronter et battre les meilleurs afin de viser les meilleures organisations ». Limpide, comme le personnage pour qui le MMA doit rester avant toute chose une histoire de « zizir »…

Encore merci à MMA4FIGHT pour ce bel entretien.

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager.

Merci d’aimer MMA Déferlante sur facebook et de nous suivre sur twitter.

,

Une réponse à Mansour Barnaoui: Itinéraire d’un enfant acharné… (exclu MMA4FIGHT)

  1. MMA4Fight 21 juin 2012 à 22 h 29 min #

    Merci à toi MMA Déferlante d’avoir relayé l’article. J’attends avec impatience l’exclu’ dont tu m’avais parlé… Une exclu qui ravirait à n’en pas douter tes fidèles lecteurs !!!!

Laisser un commentaire

Powered by WordPress. Designed by Woo Themes

Google+