mardi, février 25, 2020

Acne gymnasium – quelques indices physiques du dopage

MMA DEFERLANTE Forums Sujets Libres Acne gymnasium – quelques indices physiques du dopage

  • Ce sujet contient 0 réponse, 1 participant et a été mis à jour pour la dernière fois par LK, le il y a 3 années.
Affichage de 1 message (sur 1 au total)
  • Auteur
    Messages
  • #36554
    LK
    Participant

    Olaaa les potos!!! vous avez deja du le voir que Gsp est de retour avec sa video « épique »!!! (franchement nass ta pas honte^^). Alors forcément c etait un peu le sujet du week end.

    j en discutai avec mon petit frere (25ans… si tu l ecoute il sait tout, il connait tout, il a tout vu lol) et il me sort « matte sa ganache!!!! il a de l acnée comme au college….jte le dis moi…il est dopé jusqu au trognon le george ».

    apres avoir bien rigolé, et discuté plus serieusement du sujet, on s est mit a comparé les different indices sur les dopé notoirement connus, et apres quelques recherche j ai trouvé un article medical d un medecin specialiste de la dermatologie G.E Piérard chargé de cours a l université de liege ET chef d un service de dermatopathologie.

    Cet article est destiné a d autres praticiens, donc a titre personnel je lui donne un credit certain.

    j ai parlé de gsp, mais je ne lui reproche et ne l accuse de strictement rien du tout, il a juste été le fil conducteur ayant entrainé ces questions, y a t il un moyen physique de décelé des indices du dopage chez un fighter… et quel est la veracité de ses sois disant indices ( l acnée dorsale de sonnen m etait revenu a l esprit lors de mes recherches).
    -LK-

    ACNE GYMNASIUM: une acné fulminante dopée.

    G.E. Piérard – Chargé de Cours a l’Université de Liège, chef de service de Dermatopathologie au CHU de liege.

    Un homme jeune, sans antécédents médicaux notoires, a développé une acné du dos alors quʼil nʼen avait pas souffert pendant lʼadolescence.

    La sévérité des lésions justifiait un traitement par antibiothérapie orale ou par lʼacide 13-cis rétinoïque(Roaccutane®, Roche) .

    Le patient refusa ces modalités, craignant être affaibli par ces médicaments, ce qui aurait pu affecter ses performances sportives. Il était en fait un haltérophile amateur.

    Quelques mois plus tard, le tableau clinique dʼacné fulminante sʼétait nettement aggravé, ce qui incita le patient à reconsidérer son attitude face à la thérapeutique proposée.

    Une anamnèse orientée permit de confirmer la suspicion clinique dʼune prise illicite dʼanabolisants à titre de dopage pour sa pratique sportive.
    Il sʼinjectait par voie intramusculaire 50 mg de nandrolone (Deca-Durabolin®, Organon)
    deux fois par semaine.

    Lʼusage des anabolisants est une tentation pour des sportifs de diverses disciplines.
    Il serait particulièrement répandu chez certains adeptes des salles de musculation et dans des disciplines comme le cyclisme, lʼhaltérophilie et la natation.

    Il lʼest également auprès de certains adolescents qui recherchent le look du sportif musclé.

    Lʼhormone de croissance recombinée est dʼintroduction plus récente dans certains milieux sportifs et chez les adolescents .

    Elle a, en partie, supplanté les stéroïdes anabolisants, car la preuve du délit de dopage est plus difficile à apporter.

    Les stéroïdes anabolisants

    Dans le cadre du dopage, les anabolisants sont pris par voie orale ou parentérale. Le plus souvent , les athlètes les utilisent par cycles de 1 à 3 mois, espacés de périodes libres au moment des compétitions lorsquʼils craignent un contrôle antidopage.
    La dose totale dʼanabolisants peut représenter plus de cent fois une dose utilisée en thérapeutique.

    Notre patient recevait en fait environ 8 fois la dose recommandée lorsquʼun besoin thérapeutique se fait sentir.

    Les stéroïdes anabolisants induisent une hypertrophie musculaire, sans hyperplasie.
    Ils ont également une activité androgénique plus ou moins importante.
    Ils entraînent des effets secondaires qui peuvent rester mineurs, mais qui peuvent parfois sʼavérer graves et avoir des conséquences fatales.

    Comme les utilisateurs des anabolisants sont rarement enclins à révéler leur dopage, il est utile que le médecin puisse reconnaître certains signes cliniques évocateurs de ce problème afin dʼapporter une information des risques encourus et dʼéviter les prescriptions de médicaments potentialisant les effets néfastes.

    Près de la moitié des athlètes prenant des anabolisants développent à court terme des effets secondaires.
    Les plus graves sont les altérations hépatiques causées par les anabolisants oraux . Ces drogues augmentent lʼagressivité, ce qui peut conduire à un comportement antisocial violent et à des symptômes névrotiques ou psychotiques.

    Chez lʼhomme, lʼatrophie testiculaire, la gynécomastie, lʼhypertrophie prostatique,
    la modification de la libido, les troubles neuro-psychiatriques et lʼhypertrophie musculaire
    sont fréquents, mais disparaissent progressivement à lʼarrêt du dopage.

    Chez la femme, les effets secondaires sont, à la différence de la situation chez lʼhomme, généralement permanents!!
    Ils incluent des anomalies du cycle menstruel, une aménorrhée et une masculinisation avec hirsutisme ( c est chaud ze night lol) , alopécie, raucité de la voix, hypertrophie clitoridienne et diminution du volume des seins.

    Ce dernier signe est particulièrement fréquent chez de nombreuses jeunes femmes adeptes à des concours de «body building».

    Les effets secondaires à long terme sont souvent graves. Le foie peut être le siège dʼune péliose ou dʼun processus néoplasique.
    Chez lʼadolescent, la fermeture prématurée des épiphyses est responsable dʼune limitation de leur croissance.

    Le système cardiovasculaire est le siège de diverses pathologies incluant une hypertension, une athérosclérose ou une cardiomyopathie.

    Des céphalées et des crampes musculaires ne sont pas rares. Pour combattre ces dernières, certains prennent de lʼallopurinol qui peut être responsable dʼautres effets secondaires, parfois graves.

    Les signes cutanés du dopage par anabolisants sont souvent les premières
    manifestations que le médecin puisse déceler. Une séborrhée abondante, une acné,
    une alopécie androgénétique, une hypertrichose, des vergetures et des infections
    bactériennes et mycotiques persistantes apparaissent souvent dans les premiers mois
    de la prise des anabolisants.

    Un ictère est plus rarement le signe dʼappel.

    La sévérité de la séborrhée et de lʼacné, qui peut être fulminante et devenir
    kystique, pourrait inciter le médecin à prescrire un traitement par isotrétinoïne.
    Le risque dʼhépatotoxicité serait alors accru par lʼassociation des anabolisants et de lʼisotrétinoïne.

    Les anabolisants pris par voie orale ou intramusculaire induisent un accroissement net de lʼactivité des glandes sébacées. La technique non invasive de collecte de sébum par film liposensible (Sebutape®) permet de quantifier le nombre de glandes sébacées actives et la quantité de lipides excrétés.

    Ce test pourrait être réalisé deux à quatre fois par an afin de détecter le moment où les deux paramètres du test au Sebutape augmentent de manière nette sans quʼune cause
    physique ou physiologique nʼen soit responsable.

    Il faut tenir compte de lʼâge et du sexe de lʼindividu, ainsi que de la température ambiante et du moment du cycle ovarien chez la femme.

    Hormone de croissance

    Lʼhormone de croissance stimule, dans le foie et dʼautres tissus, la production dʼun facteur de croissance «insuline-like». Elle a des propriétés anabolisantes, lipolytiques et diabétogènes.

    Les effets secondaires les plus manifestes sont lʼacromégalie avec élargissement
    des mandibules, des doigts et des orteils. Un épaississement et une hyperpigmentation
    de la peau sont parmi les premiers signes visibles.

    Les propriétés biomécaniques de la peau en sont modifiées. On peut également assister à une croissance anormale de naevus pigmentaires.
    Sur le plan général, des pathologies cardiaques et thyroïdiennes peuvent apparaître plus tardivement. Des leucémies ont egalement été rapportées.

    Une évaluation de lʼeffet de lʼhormone de croissance chez des sportifs pourrait se
    faire par des mesures de la couleur de la peau à lʼaide de la technique de la
    chromamétrie.
    Cette approche permet de définir numériquement, et avec une grande reproductibilité, la couleur cutanée.

    Ces mesures pourraient être réalisées deux fois par an chez les sportifs au niveau dʼune zone de peau non exposée à la lumière.

    Toute tendance à la diminution de la valeur L* sans élévation de la chromacité a* serait
    alors considérée comme la résultante possible de lʼadministration dʼhormones de croissance.
    En cas de prise dʼérythropoiétine (EPO), la valeur a* pourrait théoriquement augmenter, mais cette variation serait vraisemblablement difficile à détecter.

    Le dopage par les stéroïdes anabolisants ou par lʼhormone de croissance conduit
    à de nombreux effets secondaires.

    Certaines de leurs manifestations sur le plan cutané peuvent et doivent interpeller le clinicien.

    Certains signes NE PROUVENT NULLEMENT le délit de dopage, mais ils permettent de le suspecter, même lorsque la médication nʼest plus décelable dans les urines ou le sang.

Affichage de 1 message (sur 1 au total)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
34,577Mentions j'aimeLike
495SuiveursSuivre
3,431SuiveursSuivre
533AbonnésS'abonner